Les combinaisons alimentaires

Comme vous le savez, l’alimentation est indispensable en naturopathie. Outre la gestion du stress et l’exercice physique, il est important de comprendre les mécanismes de la digestion. Intéressons-nous d’abord aux équilibres à respecter dans notre assiette.

Les mauvaises combinaisons alimentaires peuvent avoir de nombreuses conséquences : ballonnements, constipation, diarrhée, fatigue ….
L’idée de la dissociation alimentaire a été inventée par l’hygiéniste américain M. Shelton.

Ce dernier a observé deux facteurs : le temps de digestion de chaque aliment (défini selon sa teneur en protéines, glucides et lipides) et les enzymes mises en oeuvre pour les digérer.

Voyons avant tout les différentes familles d’aliments organisés dans 3 catégories : Les protéines, les glucides et les amidons.

 

Les protéines

  • Protéines végétales (algues, quinoa, soja, oléagineux, champignons…)
  • Protéines sous-animales (oeufs, fromage, lait, fromage blanc)
  • Protéines animales (viande, poissons)

Les glucides

  • Amidons et farineux (céréales, pommes de terre, patate douce, châtaigne, légumineuses, potiron, …)
  • Amidons légers (artichaut, betterave, carotte, chou-fleur, salsifis…)
  • Sucres (canne, betterave, érable, blanc, roux, miel, sirop….)
  • Fruits (banane, datte, figue, kaki, poire, pruneau, raisin, ananas, citron, grenade, pamplemousse, pomme, prune, tomate…)
  • Légumes farineux, verts ou colorés (asperge, brocolis, choux, courgette, haricots verts, oignon, persil, radis….)

Les lipides

Ce sont les graisses que l’on trouve surtout dans les huiles, oléagineux, avocats, crème, beurre etc…

Les règles selon M. Shelton

Plus l’on dissocie les aliments par famille au cours du repas, meilleure sera la digestion, et leur assimilation sera optimale.

Les combinaisons alimentaires à éviter

  • Les fruits en dessert

Les fruits traversent très vite notre estomac et se retrouvent ensuite piégés dans les intestins. L’estomac étant un milieu acide, les fruits ne doivent surtout pas y stagner sous peine de fermenter. Or, lorsque vous avalez un fruit après un repas, celui-ci se retrouve coincé dans l’estomac et fera fermenter tout le bol alimentaire. Mieux vaut donc manger un fruit à jeûn, au goûter ou alors maximum 30mn avant le repas, puis 3h après.

  • Les protéines et les amidons

Toujours éviter de mélanger des protéines fortes avec des amidons forts (exemple : pâtes ou riz + légumineuses ou viande, car, en milieu acide, la digestion de la protéine bloque celle de l’amidon.

Préférez donc associer un amidon fort avec des protéines légères (algues, champignons, pousses de soja, amandes, noix, oeuf), ou l’inverse.

  • Les acides et les farineux

Un exemple concret : les fameuses pâtes à la bolognaise.La tomate est un fruit très acide qui inhibe l’enzyme salivaire qui permet de commencer la digestion des farineux comme le riz ou encore le blé.

 

Les combinaisons à privilégier

Les combinaisons à privilégier pour éviter une surcharge de l’organisme et optimiser le travail de nos intestins.
On va donc associer les glucides avec des amidons légers, des protéines concentrées ou légères et des lipides. (Exemple : légumes + poisson + huile d’olive).

Pour digérer au mieux les protéines végétales, pensez bien à respecter l’équilibre dans votre assiette : 4/5 d’amidons et 1/5 de légumineuses.

Ayez toujours 50% de légumes à feuilles vertes dans votre assiette pour alcaliniser au maximum votre organisme et faciliter la digestion.

Jouez avec les couleurs et les cuissons. Privilégiez toujours le cru ou la cuisson à la vapeur si vous digérez mal les crudités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *